Le monde sans argent est-il possible ?

un monde sans argent

Imagine un monde où l’argent n’existerait pas.

Pas de compte en banque, pas de chèque, pas de monnaie, pas de carte bancaire, pas de lingot – rien.

Tu dois te demander – mais alors, comment est-ce que je pourrais m’acheter des choses ??

Et pour la nourriture, comment on ferait ?

Allons, allons,

Ouvre ton esprit et entre quelques minutes dans mon monde.

Est-ce que le troc reviendrait ?

Le troc c’est l’ancêtre de l’argent.

Échanger un objet contre un autre ou bien échanger un objet contre un morceau de papier ou de la ferraille… le principe est le même.

Ce que je te propose – c’est d’évoluer.

De supprimer le concept de propriété – qui a été inventé par l’Homme – et qui n’a aucune raison d’être.

Plus rien n’aurait de propriétaire.

Tout serait gratuit et à tout le monde.

Je comprends que cette idée soit effrayante à première vue. Nous avons tellement été habitué à nous battre pour obtenir si peu que nous nous imaginons que si nous ne pouvions plus acheter – nous n’aurions plus rien.

Cette idée est pourtant fausse.

Actuellement 50% des richesses sont détenues par 1% de la population. Cela implique que les 99% autres personnes doivent se partager les restes.

En plus de cela, les écarts entre les riches et les pauvres se creusent un peu plus chaque année.

Tout cela pour dire que quelques personnes ont tellement de propriétés qu’ils ne savent pas quoi en faire pendant que d’autres meurent de faim dans la rue. Ce système n’est pas viable sur la durée.

Le monde vers lequel nous devons évoluer est un monde de partage, de créativité et de bienfaisance.

Laissons tomber nos comptes en banque et nos dernières chaussures à la mode pour découvrir ce monde.

Et si nos mentalités évoluaient vers l’esprit de communauté ?

Une communauté c’est un ensemble de personne vivant ensemble pour le bien commun et le bien de chacun. En voilà une belle définition – pleine d’espoir.

Imagine un monde où tous les êtres vivants constitueraient une immense communauté.

Il n’y aurait plus de frontière, de racisme, de spécisme, de sexisme…

On serait une grande famille.

J’aime l’idée.

evolution mentalité

Un monde où tout serait gratuit

Dans notre monde – tout est gratuit – à l’origine.

Les arbres poussent et produisent des fruits sans demander de salaire. C’est la même chose pour les animaux, les légumes, les graines, l’eau, l’air, etc…

D’ailleurs – dans la nature – si un sanglier mange une pomme – personne ne va lui demander de la rembourser.

Mais alors – pourquoi nous les humains – si on a faim et que l’on veut ramasser une pomme qui pousse gratuitement sur le pommier du champ à côté – nous devons payer ?

Quelle absurdité !

Pourquoi la terre de ce champ appartiendrait à cette personne-là ? Qui l’a décrété ? Comment ?

Il l’a acheté… Ahhhhhh …

Mais à qui ? Qui a décidé de la première personne qui posséderait ces terres ? Est-ce normal que cette personne ait acquis quelque chose qui est supposé n’appartenir à personne ?

En réalité, tous les êtres vivants de cette planète ont le droit de profiter des ressources qu’elle nous offre – quel que soit notre espèce, notre hiérarchie ou notre argent.

Il est donc normal que tout soit gratuit.

Ce qui est anormal c’est l’accumulation des possessions à outrance – comme c’est le cas aujourd’hui.

Du travail sans salaire – L’abolition de la hiérarchie – Une société solidaire

Dans notre société actuelle personne n’aurait envie de travailler sans salaire – c’est justifié.

Alors dans une société où tout est gratuit – est-ce que nous travaillerions sans salaire ?

En réalité la notion de travail prendrait une autre valeur. Nous ne travaillerions pas pour un patron – il n’y aurait pas de sanction – pas d’horaires imposées – pas de travail à la chaîne – pas de peur de perdre son emploi…

Mais alors, qu’est-ce qu’il y aurait ?

Il y aurait des personnes unies et tolérantes, des personnes qui développeraient leurs aptitudes aux grès de leurs envies.

Il y aurait beaucoup de créativité de la transmission de savoirs – des personnes souhaitant développer des projets – d’autres préférant une vie tranquille.

Il y aurait donc des activités, des projets développés, de l’entraide – mais pas de « travail » – donc pas de hiérarchie – chacun étant libre de choisir ce qu’il veut faire de son temps.

Nous aurions de nouveau du temps – cette chose précieuse que la société moderne nous a achetée contre un peu d’argent.

Un monde idéal – non ?

société solidaire

Concrètement, comment se passerait ma journée ordinaire dans un monde sans argent ?

Ce matin je ne me suis pas levée à l’heure pour aller à la piscine. J’aime y aller tôt pour nager et faire quelques longueurs avant le lever du jour. Mais voilà, mon réveil est en panne. Il faut que je pense à l’emmener à Henry – il adore réparer ce genre d’objets avec les pièces qu’il trouve. Ses créations sont fantastiques.

Matéo – mon fils de 7 ans – se prépare en vitesse – il a hâte d’aller au centre d’éducation des jeunes. Là-bas il retrouve ses copains et ils décident ensemble des activités qu’ils veulent faire sur la journée. En général il y a toujours quelques adultes volontaires pour les accompagner dans leurs démarches. Matéo me parle avec enthousiasme d’une pièce de théâtre au centre-ville après laquelle les comédiens proposent une initiation aux volontaires. S’ils le veulent ils pourront ensuite intégrer le groupe de théâtre afin d’apprendre à jouer une pièce.

theatre moderne

Ma petite dernière, Emma 18 mois, dort encore. Elle, elle préfère rester avec moi, ce qui nous permet de continuer l’allaitement – à la demande – jusqu’au sevrage naturel.

Je retrouve le papa dans le garage – il a construit un atelier informatique avec quelques copains – il a toujours quelque chose à y trafiquer. En ce moment il est sur un gros projet, il aimerait révolutionner le monde numérique.

Je profite de la grasse matinée d’Emma pour continuer le tableau que j’ai commencé la veille. Je suis une artiste-peintre-engagée et aujourd’hui je revendique le droit des animaux – il y a encore trop de spécisme parmi les humains. Je sais que mon combat ne sera pas facile – mais je ne suis pas seule – nous sommes un groupe de personnes motivées et pleines d’espoirs.

education libre liberté d'apprendre

J’entends ma puce se réveiller. Nous allons faire une tétée-câlin puis nous irons nous promener au parc où de nombreux parents et enfants se retrouvent pour discuter et échanger. Education, allaitement, gastronomie, etc… on y trouve de tout.

A 11h on passe au potager collectif pour aider à ramasser quelques légumes. Je prends un peu plus que ce dont j’ai besoin pour la journée et je fais un petit détour pour les déposer chez Henriette – une mamie que j’apprécie particulièrement. Elle me remercie en m’offrant une infusion de plantes. Pendant que l’eau chauffe je lave les légumes et prépare une petite salade composée. Emma n’est pas loin, elle joue avec les jouets qu’adore fabriquer Lola – une ébéniste au talent incroyable. Nous passons un moment agréable et je file lorsque je sens Emma fatiguée.

Arrivée à la maison, je la berce avec une tétée-câlin. Lorsqu’elle sombre je la dépose délicatement dans son lit.

Je vais voir le papa dans son atelier mais à sa place je retrouve un petit mot sur l’ardoise : « Jean a besoin de moi pour mettre en place le système informatique de sa maison. Je ne rentre pas tard. Je t’aime. »

Je profite de ce temps libre pour faire un peu de ménage et me remettre quelques instants à mon oeuvre.

Lorsque ma chérie se réveille il est temps d’aller chercher Matéo au centre-ville. Il me raconte avec beaucoup d’émotions sa journée. Lui et ses copains ont tellement soif d’apprendre, de créer, de découvrir – je suis émerveillée.

j'aime apprendre mais je désteste etre forcé

Au retour nous passons par le verger pour cueillir quelques pommes. Comme toujours j’en prends un petit peu plus et je fais la distribution autour de chez moi. A la maison je prépare une compote de pommes et un gâteau. Il y a du monde – une partie du voisinage mais aussi des personnes de passage – que je ne connais pas encore – je ne sais pas s’ils vont rester – tout le monde se régale.

Francis nous a apporté des kakis de l’arbre à côté de la maison qu’il occupe en ce moment. Nadine nous propose de passer pour le dîner, elle a préparé un potage et des nouilles sautées aux légumes. On en salive d’avance.

Je demande à Matéo de composter les épluchures – ce qu’il fait sans rechigner. Il m’apprend qu’il y a du compost prêt à être utilisé.

Demain j’apporterai le compost au potager collectif et je donnerai un coup de main pour préparer les prochains semis. Matéo veut m’accompagner – il se régale à écouter parler Michel et Auguste de leur passion pour les végétaux – c’est le meilleur cours de botanique qu’il pourrait avoir.

beauté de la nature

Nous passons une agréable soirée avec Nadine et Chloé – leur potage est juste fantastique. Chloé nous apprend qu’ils sont en train de mettre au point une technique révolutionnaire pour la guérison des patients à l’hôpital. Elle en parle avec beaucoup d’enthousiasme et tout le monde se prend au jeu.

Nous ne cherchons pas le bonheur – nous savons que nous sommes heureux – sans contrainte et sans argent.

Et toi : comment se passerait ta journée ordinaire dans un monde sans argent ?

Faire ce qu'on aime travail passion

Ne rate pas mes prochains articles en t’inscrivant ici :